Publié par la Gazette
Si de tels objets de René LALIQUE (1860-1945) apparaissent sous le marteau, celui-ci se distingue et justifie son estimation de 40 000 / 50 000 €.
Délicat par son décor de feuillage et de scarabée, d'une belle taille (L. 18,5 cm), ce peigne de chignon en corne blonde - matière extrêmement difficile à travailler, car très cassante - , or et citrine rapelle l'inspiration naturaliste et l'influence japonaise chez René Lalique. 
Accessoire indispensable de la coifure féminine, le peigne restera en vogue, tout comme le chignon, jusqu'aux environs de la Première Guerre mondiale.
Celui-ci figure en bonne place dans la vente d'Arts Décoratifs du XXe siècle, Vendredi 10 Novembre, en salle 10-16, à Drouot