Publié par la Gazette
Considéré tour à tour de la main de Théodore Géricault puis rejeté, ce Portrait en buste d’un jeune Noir est quoi qu’il en soit de belle qualité. Tant pour ce qui est des jeux de l’ombre et de la lumière que du rendu de la carnation et des tissus et, bien sûr, de cette expression grave et inquiète du personnage que l’artiste a su capturer avec empathie et spontanéité. Le modèle de notre tableau est à rapprocher du Portrait du nègre Joseph, conservé au Getty museum de Los Angeles ; on le retrouve de dos, réclamant du secours, dans de nombreux dessins ainsi que dans la première pensée peinte pour Le Radeau de la Méduse. Il rappelle également une Tête de nègre, profil droit, un pastel vers 1822-1823 conservé au musée des beaux-arts de Rouen, mais encore certaines œuvres réalisées en prélude au grand tableau que le jeune maître avait dans l’idée en 1821, La Traite des nègres, qui ne vit jamais le jour. Propriété d’Alain Delon, notre tableau a également fait partie de la collection Pierre Dubaut (1886-1968) et Jacqueline Bellonte, dans la descendance de laquelle elle est restée. Élève de l’École des beaux-arts en 1904, Dubaut va consacrer sa vie à ses deux passions : l’art et les chevaux, les deux se confondant souvent. Outre sa carrière artistique, il organise à partir de 1924 toutes les expositions dédiées à Géricault, à Paris ou à l’étranger, avec le duc de Trévise puis seul, après la mort de ce dernier en 1946. Nommé en 1945 secrétaire général des Amis d’Eugène Delacroix, il fut également à l’initiative des expositions annuelles dans l’atelier, place Fürstenberg, et de son rachat sept ans plus tard par les Musées nationaux. Quand on aime…

Mercredi 8 novembre, salle 1 - Drouot-Richelieu.
Tessier & Sarrou et Associés OVV. M. Millet.